vendredi , 15 décembre 2017
Accueil / Actualités / Commission scolaire des Rives-du-Saguenay | Des enseignants dénoncent leur charge de travail
La présidente Liz S. Gagné a pris connaissance des inquiétudes des professeurs mardi soir.
Commission scolaire des Rives-du-Saguenay

Des enseignants dénoncent leur charge de travail

Des enseignants de l’École secondaire Charles-Gravel dénoncent la charge de travail trop lourde des professeurs, qui se traduit par une augmentation des heures travaillées. Ils ont fait part de leur mécontentement lors de la séance des commissaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay mardi soir.

Robert Desjardins et Charles Munger se sont présentés devant les commissaires en début de séance pour exprimer leurs inquiétudes. «Les heures qui devraient être en services à l’élève se transforment en surveillance dans les corridors et dans les gymnases alors qu’ils pourraient être en train de corriger, pour bien planifier leur prochain cours et donner de meilleurs cours. Ce n’est pas un caprice, les enseignants sont déjà à bout de souffle», a raconté M. Desjardins, enseignant de mathématiques.

Quant à M. Munger, enseignant en sciences, il se désole de constater que même les professeurs les plus passionnés se démotivent. «Les programmes comme le Programme d’études internationales sont en péril, puisque ce sont les enseignants qui le portent à bout de bras.» M. Munger déplore également qu’ils ne reçoivent pas assez de reconnaissance de la part de la direction.

«On sait qu’il y a des dépassements d’élèves dans certaines classes, que les enseignants sont fatigués et nous sommes conscients des commentaires émis par les deux enseignants ce soir. On va continuer de travailler avec le syndicat pour améliorer ces conditions», a affirmé la présidente Liz S. Gagné.

Elle a expliqué que la convention collective demande aux enseignants d’être 32 heures à l’école, soit 20 heures de tâche éducative, sept heures pour du travail complémentaire et cinq heures de temps personnel. Mais plusieurs enseignants font beaucoup plus d’heures que ce minimum, sans pouvoir l’indiquer sur les feuilles de temps.

À propos de Amélie Gagné

C’est avec un livre à la main ou en train de regarder le dernier épisode de la nouvelle série de l’heure que vous pourrez trouver Amélie. La Jonquiéroise désire plus tard être éditrice ou, si elle se permet de rêver plus grand devenir la prochaine Ellen DeGeneres afin de pouvoir interviewer des célébrités. C’est cette attrait pour le monde artistique qui l’a poussé à étudier en journalisme. En plus des arts, elle se passionne également pour les sports. Dès l’âge de 6 ans, elle joue au soccer mais n’est toujours pas capable de regarder une partie tellement elle trouve ça long et plate. À 8 ans elle commence le plongeon, en 2011 et 2013, elle a le privilège de représenter sa région lors des Jeux du Québec. À l’automne, elle pourra partager sa passion avec les jeunes puisqu’elle deviendra coach dans cette discipline qu’elle affectionne tant.

À voir aussi

De la théorie à la pratique

Pour concrétiser la théorie enseignée, le programme Art et technologie dans les médias (ATM), a …