Accueil / Sports & loisirs / 800 km de sentiers pédestres | Découvrir la région un pas à la fois
800 km de sentiers pédestres

Découvrir la région un pas à la fois

Le réseau de randonnée pédestre du Saguenay—Lac-Saint-Jean compte près de 800 km de sentiers. Ils sillonnent la région et offrent des points de vue époustouflants sur les rivières, les vallées et les lacs. En automne, les amoureux de plein air de tous les niveaux y sont légion. 

«Ce qui unit les randonneurs, c’est la passion du plein air, affirme le président du club des Randonneurs du Saguenay, Louis Langevin. Il y a plusieurs types de randonnées, il faut donc choisir judicieusement en fonction de ses goûts et de ses capacités.»

Selon l’Office du tourisme de Saguenay, les plus beaux paysages du Saguenay—Lac-Saint-Jean peuvent être admirés dans deux des parcs nationaux de la région: le parc national du Fjord-du-Saguenay et le parc national des Monts-Valin.

Les sentiers escarpés de ces parcs nationaux représentent un défi pour les randonneurs, ils s’adressent donc à une clientèle en bonne forme physique. Les efforts des sportifs seront toutefois récompensés par des points de vue inégalables sur le fjord et la nature environnante. «Les sentiers des parcs nationaux sont bien balisés et sont des incontournables côté paysage», assure M. Langevin.

Le président du club de randonnée est incapable de nommer la perle de la région. «Il y a tout un collier de perles!», affirme-t-il en riant. Son coup de cœur personnel est toutefois la vallée de la Sainte-Marguerite, près de Tadoussac. Ce secteur s’adresse à des randonneurs plus expérimentés vu son dénivelé important.

Une activité pour tous

La randonnée est aussi une activité familiale, il suffit d’emprunter des sentiers adaptés. L’Office du tourisme de Saguenay recommande aux randonneurs moins aguerris le parc de la Rivière-du-Moulin, dans l’arrondissement de Chicoutimi, et le centre de plein air Bec-scie, à La Baie. Leur très faible dénivelé et leur proximité géographique en font des secteurs très prisés des familles.

À propos de Juliette Lefebvre

Juliette Lefebvre
Si vous cherchez Juliette, ne regardez pas chez elle dans les Cantons-de-l’Est. Vous avez plus de chances de la trouver dans le rayon voyage d’une librairie, sur le chemin de son prochain roadtrip ou la tête dans les nuages en planifiant son prochain périple. Son amour inconditionnel pour le français et son intérêt pour l’actualité internationale l’ont menée à Jonquière, où elle ne cesse d’étonner son entourage avec des expressions loufoques sorties d’un autre temps. Elle ponctue ses anecdotes de ces expressions tout à fait charmantes (selon elle) ou absolument horribles (selon ses amis). Dans quelques années, nul ne sait où elle vivra, ni quel métier elle exercera. Toutefois, il est certain qu’elle aura ajouté quelques étampes à son passeport et qu’elle décriera toujours aussi férocement l’utilisation du verbe « assir ».

À voir aussi

Curlig et bowling | Pas seulement des sports de «vieux»

Le bowling et le curling sont très souvent considérés comme des «sports de vieux» et …