Accueil / Sports & loisirs / S’entraîner en groupe dans son salon
Page Facebook de Stéphanie Boutin.

S’entraîner en groupe dans son salon

L’entraînement à la maison, assisté d’un coach et d’un groupe virtuel, est l’option de plusieurs personnes désirant se remettre ou se maintenir en forme. À l’aide d’une application ou de DVD, plusieurs femmes et quelques hommes préfèrent s’entraîner à domicile, plutôt que d’aller dans une salle de conditionnement.

La compagnie fitness Beachbody offre, depuis 2013, un programme de coaching virtuel accompagné de supports vidéo. L’entreprise californienne a par la suite transformé l’entraînement dans le salon en activité sociale, par l’entreprise de Facebook.

«L’objectif est de s’entraîner chez soi entre 21 et 90 jours d’affilée, tout en créant un engagement concret auprès d’un groupe qui évolue au même rythme», souligne l’entraîneuse virtuelle, Stéphanie Boutin. La jeune femme, coach depuis 2014, soutient que le réseau social permet aux participants de «s’encourager, de se donner des trucs, de s’échanger des recettes et d’atteindre ses objectifs». Elle ajoute que Facebook est son principal moyen pour communiquer avec ses quelque 2 600 membres. Même si les programmes visent tout le monde, ils sont plus populaires chez les femmes de 25 et 50 ans, et certaines sont mêmes accompagnées de leur conjoint», rapporte-t-elle.

Pour tous les niveaux

Stéphanie explique qu’elle n’a jamais vraiment été active avant de découvrir ces programmes. Pourtant, en août dernier, la Félicinoise a participé à un triathlon avec comme unique préparation, son programme de Beachbody. Nancy Brassard, pour sa part, s’est entraînée en salle pendant 25 ans, avant d’adhèrer au programme virtuel. Beachbody a optimisé sa façon de s’exercer. «On peut se référer aux mouvements dans la vidéo et ça évite des blessures, précise-t-elle. Ça fait économiser du temps, de l’argent et ça nous garde motivé quand on n’a pas envie.» Le site offi ciel de Beachbody offre 17 programmes différents, notamment 21 days fi x, qui est très populaire.

À propos de William Larouche

William Larouche
Originaire de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, William Larouche rêve depuis ses 8 ans de déménager en ville. Montréal, Toronto ou New York, tant qu’il y a un métro et des magasins, il sait qu’il s’épanouira. Son accent régional très prononcé est toutefois inévitable. Ses passe-temps préférés ? Fêter et s’entraîner. Des activités bien différentes, mais qui l’aident à libérer son énergie. William demeure tout de même très sérieux à l’école ainsi que pendant ses heures de travail, sans changer pour autant. Fidèle à lui-même, il ne sort jamais de chez lui sans parfum. Un homme d’ambition, il espère avoir une brillante carrière dans le milieu des communications. Il est très attiré par les domaines de l’économie, de la politique et de la mode, mais ne veut pas se restreindre uniquement à ceux-ci.

À voir aussi

Curlig et bowling | Pas seulement des sports de «vieux»

Le bowling et le curling sont très souvent considérés comme des «sports de vieux» et …