Accueil / Actualités / Course à la mairie | La jeunesse, une priorité pour les 4 candidats
Josée Néron (ERD), Jean-Pierre Blackburn (indépendant), Arthur Gobeil (indépendant) et Dominic Gagnon (PCS) entourent la présidente du Cercle de presse, Jessica Blackburn.
Course à la mairie

La jeunesse, une priorité pour les 4 candidats

Faire de Saguenay une ville étudiante, remettre sur pied le programme Avantages Saguenay, créer des incubateurs de services et instaurer une ville jeune et active: voilà les ambitions des quatre candidats qui sont présentement impliqués dans la course à la mairie de Saguenay.

La chef de l’Équipe du renou- veau démocratique (ERD), Josée Néron, a beaucoup d’ambition pour aider les jeunes dans cette société vieillissante. Elle aime- rait d’abord faire de Saguenay une ville étudiante. «Un peu comme Strasbourg, aujourd’hui il y a 80 000 étudiants qui gravitent autour de cette ville», cite-t-elle à titre d’exemple.

Mme Néron veut augmenter les offres de stages à la Ville de Saguenay et améliorer les services offerts aux étudiants. «On voudrait offrir aux jeunes des forfaits en loisir ou en culture et, bien entendu, il faut améliorer le système du trans- port en commun.»

De son côté, le candidat indé- pendant Arthur Gobeil a une idée bien précise pour aider les jeunes adultes tout droit sortis de l’université ou du cégep. «C’est en instaurant des incubateurs de services que les jeunes vont vouloir s’établir ici au Saguenay et pas en leur promettant des ristournes», affirme-t-il. Ces incubateurs permettraient aux jeunes diplômés n’ayant pas d’emploi de se regrouper et de mettre leurs idées en commun afin de créer des projets connexes aux entreprises locales. «Ces incu- bateurs permettraient d’aider les entreprises déjà établies ici ou encore de former des PME avec ces jeunes», explique M. Gobeil.

Pour l’autre indépen- dant Jean-Pierre Blackburn, la conquête de la jeunesse dans la région passe, sans aucun doute, par la relance du programme Avantages Saguenay qui vise l’établisse- ment et le maintien des jeunes à Saguenay. «Je me demande ce qu’il y a de plus tangible comme service qu’on peut offrir à un jeune ou un immigrant qui veut venir s’installer dans la région ?» soulève M. Blackburn, qui déplore la suspension du programme au printemps dernier. Mme Néron a égale- ment promis la remise sur pied de celui-ci. Elle propose aussi un programme d’accès à la première propriété dans des quartiers déjà existants.

Pour le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, le déve- loppement d’activités, peu importe le domaine, est un objectif pour rendre la ville plus active. Il veut mettre sur pied des activités que les jeunes vont aimer. Il veut être un maire près des jeunes et de comprendre leurs désirs. «Je suis en ce moment en colla- boration avec un groupe pour créer, à Saguenay, le premier dôme de soccer, pour que les jeunes sportifs puissent jouer toute l’année.»

M. Gagnon souhaite donner une voix importante aux 18-20 ans pour qu’ils puissent faire avancer la ville et donner leurs couleurs à la population vieil- lissante. «Les jeunes, vous êtes une richesse incroyable pour ce qui est de l’imagina- tion et de la créativité. Cette richesse, on a besoin», affirme le pilote du PCS.

À propos de Marie-Michèle Coutu

Marie-Michèle Coutu
Kingsey Falloise d’origine, mais maintenant Drummondvilloise et Victoriavilloise à ses heures, Marie-Michèle Coutu a quitté son petit nid familial pour venir s’installer à Jonquière il y a maintenant deux ans avec un seul but en tête : travailler à RDS. Curieuse, passionnée, fonceuse et avec un certain (très fort) caractère, cette jeune femme de 20 ans à un intérêt pour le monde des médias depuis qu’elle a vu œuvrer Chantal Macchabée à RDS. Fan des Canadiens depuis sa tendre enfance, petite joueuse de soccer (elle mesure juste 5 pieds 3) et amatrice incontestable de la sauce à spaghetti de sa mère, Marie-Michèle n’a pas surpris son entourage lorsqu’elle leur a annoncé qu’elle quittait la maison pour étudier en journalisme de l’autre côté du Parc des Laurentides. Globetrotteuse lorsque les finances lui permettent et joueuse de bowling extraordinaire, Marie-Michèle n’est pas seulement passionnée du sport, mais aussi tout ce qui touche l’actualité internationale ainsi que canadienne. Son plus grand rêve serait de couvrir les Raptors de Toronto (NBA), mais pour une chaîne sportive francophone.

À voir aussi

Maisons unifamiliales de 1998 et moins | Blackburn promet des subventions

Jean-Pierre Blackburn veut attribuer une subvention de 5000$ aux acquéreurs de maison unifamiliale datant de …