samedi , 18 novembre 2017
Accueil / Sports & loisirs / Challenger Banque Nationale| Des bénévoles dévoués
«Malheureusement, certaines des Canadiennes qui devaient participer au tournoi ne se sont présentées, certaines dus à des blessures et d’autres à des abandons, confie Jean Delisle. C’est certain que ça aurait apporté plus de spectateurs si elles avaient été là.»

Challenger Banque Nationale| Des bénévoles dévoués

Les 32 joueuses participant au Challenger Banque Nationale, qui se déroulait à Saguenay jusqu’à dimanche, ont pu compter sur plus de 80 bénévoles dont l’objectif est de leur offrir la meilleure expérience possible.

Les bénévoles se séparent les tâches qu’il y a à faire. «Certains d’entre eux sont désignés au transport des participantes, qui doivent être déplacées à l’hôtel le Montagnais, où la plupart réside pour la semaine. Mais il y en a qui dorment dans des familles ou ailleurs dans la région alors il faut s’assurer de leur transport également», souligne le président du comité organisateur, Jean Delisle.

Sur le site, au Centre de tennis intérieur de Saguenay, les organisateurs offrent plusieurs services aux joueuses dont ceux d’un physiothérapeute et d’un médecin, qui sont obligatoires, mais aussi des expériences culinaires «Lors des dîners, elles ont la chance de goûter à nos mets d’ici, la tourtière, de la tarte aux bleuets, le sirop d’érable, tout ce qui représente notre région», explique la respon-sable du service aux joueuses, Caroline Delisle. «On essaie de leur faire découvrir notre région même si elles ne peuvent pas vraiment sortir des murs du centre de tennis et visiter les environs», soutient le bénévole présent depuis les 12 années du Challenger, Jean Delisle.

Caroline Delisle est celle qui côtoie le plus les joueuses puisqu’elle est l’une des rares à être bilingue. C’est donc elle qui reçoit les commentaires de celles-ci. «Elles partent du tournoi très contentes de l’accueil qu’elles ont eu et on a beaucoup de bons commentaires positifs. C’est certain qu’il y a quelques points qui déplaisent à quelques joueuses, mais on s’en sert pour s’améliorer et faire mieux l’année suivante», affirme-t-elle.

 

À propos de Amélie Gagné

C’est avec un livre à la main ou en train de regarder le dernier épisode de la nouvelle série de l’heure que vous pourrez trouver Amélie. La Jonquiéroise désire plus tard être éditrice ou, si elle se permet de rêver plus grand devenir la prochaine Ellen DeGeneres afin de pouvoir interviewer des célébrités. C’est cette attrait pour le monde artistique qui l’a poussé à étudier en journalisme. En plus des arts, elle se passionne également pour les sports. Dès l’âge de 6 ans, elle joue au soccer mais n’est toujours pas capable de regarder une partie tellement elle trouve ça long et plate. À 8 ans elle commence le plongeon, en 2011 et 2013, elle a le privilège de représenter sa région lors des Jeux du Québec. À l’automne, elle pourra partager sa passion avec les jeunes puisqu’elle deviendra coach dans cette discipline qu’elle affectionne tant.

À voir aussi

Mérite sportif régional | Les grands honneurs à Marianne St-Gelais

Près de 7 850 $ ont été remis lors de la 48e édition du Mérite …