samedi , 18 novembre 2017
Accueil / Arts & culture / Départ réussi pour la 37e édition du Salon des métiers d’art
Le salon des métiers d’art offre une belle visibilité aux artistes d’ici et d’ailleurs. Il s’agit d’un contact unique entre l’artiste et le client.

Départ réussi pour la 37e édition du Salon des métiers d’art

Le voile est levé sur la 37e édition du Salon des métiers d’art du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Montagnais de Chicoutimi. Nouveauté cette année, les étudiants peuvent profiter d’une entrée gratuite, et ce dans l’objectif de stimuler la relève d’ici envers le milieu des artisans.

Il y avait une centaine de personnes devant les portes du Salon mardi soir. Ces visiteurs comptaient parmi les chanceux qui possédaient un laissez-passer pour la soirée VIP. Dès 17h, les portes se sont ouvertes, tous se sont rués vers l’entrée afin de découvrir ce lieu où la créativité règne.

L’organisation avait mis la totale pour l’ouverture de la 37e édition. Un vin de bleuets était proposé aux premiers visiteurs. Quelques pas plus loin, les artistes devant leurs kiosques souriaient à la vue de ces gens prêts à découvrir leur création.

En tout, 58 différents kiosques composent ce Salon. Parmi les exposants, treize sont nouveaux. Bijoux, fourrures, vêtements, jouets, tout y est pour les passionnés de métiers d’art.

La nouvelle mairesse Josée Néron était sur place. Il s’agissait de sa toute première sortie publique officielle en tant que premier magistrat de Saguenay. Elle en a profité pour partager avec l’auditoire l’importance de la culture et de l’art au sein de l’Équipe du renouveau démocratique.

La coordonnatrice du Salon Caroline Thériault prévoit l’entrée d’environ 7000 personnes, selon la tendance des dernières années. «Avec l’achalandage de la soirée d’ouverture, je crois bien que le nombre va augmenter», soutient-elle.

Un défilé de mode et métier d’art sera présenté mercredi soir pour la toute première fois. «Le public pourra découvrir les merveilleux trésors fabriqués ici», déclare Mme Thériault. Des prestations devant le public seront offertes au courant de la semaine. Entres autres, avec la filandière Patricia Arrotin, la population pourra tenter de filer de la laine avec l’artiste. Le sculpteur originaire de la région Thomas Meloche formera une statue de glace samedi toute la journée au grand plaisir du public.

Contact unique

Le Salon des métiers d’art offre une belle visibilité aux artistes d’ici et d’ailleurs. Il s’agit d’un contact unique entre l’artiste et le client. Carl Beaumont, originaire de Tingwick dans la région du Centre-du-Québec, en est à sa cinquième présence au Salon des métiers d’art. Il vend des chandelles composées entièrement de cire d’abeille 100 % pure. Les discussions entre M. Beaumont et ses clients fusent de partout. «Le Salon me permet de réaliser la majorité de mes ventes et aussi de me faire connaitre du public», s’exclame-t-il.

La propriétaire de la boutique La Fabrik Valérie Arsenault à Chicoutimi présentait ses collections de bijoux. «C’était pour moi un rêve de petite fille de venir ici» confie-t-elle. Grâce au salon, les Saguenéens peuvent découvrir sa marque et ainsi son commerce.

Les visiteurs ont jusqu’au dimanche 12 novembre pour découvrir ce 37e salon.

 

Bijoux, céramiques, fourrures, vêtements, jouets, tout y est pour les passionnés de métiers d’art.
Carl Beaumont, originaire de Tingwick dans la région du Centre-du-Québec, en est à sa cinquième présence au Salon des métiers d’art. Il vend des chandelles composées entièrement de cire d’abeille 100 % pure.

 

À propos de Simone Pilote

Fière Saguenéenne, Simone Pilote aspire depuis son enfance à faire carrière dans le domaine des communications. Ses champs d’intérêt sont la politique provinciale, les enjeux culturels à l’échelle du pays et les questions environnementales. En dehors de l’enceinte du Cégep, Simone bouge : le volleyball, la course, le vélo ou la natation... Férue de plein air, Simone séjourne chaque été depuis 11 ans dans un camp de vacances dédié à la randonnée pédestre dans les Appalaches. Elle considère d’ailleurs ce lieu comme sa deuxième maison, y travaillant comme monitrice auprès des jeunes depuis 2014. Après sa technique, elle souhaite poursuivre ses études à l’université. Au cours des prochaines années, elle désire voyager, perfectionner son espagnol et effectuer des piges à l’étranger tout en élargissant son champ d’horizon.

À voir aussi

19ème édition du ballet «Casse-noisette» | Un projet pilote pour le spectacle de Noël

L’incontournable Casse-Noisette du temps des fêtes innove et propose des ateliers en garderie. La troupe …