samedi , 18 novembre 2017
Accueil / Actualités / L’avenir du Parti des citoyens encore incertain
Dominic Gagnon était de passage sur le plateau de La Pige, jeudi matin.

L’avenir du Parti des citoyens encore incertain

L’heure est maintenant au post mortem pour le Parti des citoyens de Saguenay (PCS). Après le départ de son seul candidat élu dimanche, Michel Tremblay, l’avenir du parti est nébuleux. L’exécutif doit se rencontrer au courant de la semaine pour faire le point.

Le chef du parti, Dominic Gagnon, est tout à fait conscient de la débandade récente du PCS. «On a pris toute une volée! Mais maintenant nous devons faire un retour sur tout cela», a-t-il affirmé en entrevue avec La Pige.

Le départ de Michel Tremblay du PCS pour devenir indépendant signifie que le parti perdra 300 000 $ en financement en tant que parti d’opposition. En plus de cela, l’appui de 6,1 % qu’a reçu le chef du PCS à l’élection à la mairie ne lui permet pas d’accéder au remboursement des frais de campagne de la Direction générale des élections, qui rembourse 70 % des frais à partir d’un appui de 15 %. Dominic Gagnon ne s’inquiète toutefois pas des questions financières à ce stade. «Nous allons d’abord commencer par analyser nos erreurs. Nous verrons pour l’argent après», assure-t-il.

Facteurs de la défaite

Selon M. Gagnon, plusieurs facteurs peuvent expliquer la chute considérable de son parti. Il mentionne, entre autres, le départ de Jean-Pierre Blackburn comme chef en août dernier, ainsi que le départ inattendu du conseiller baieriverin Luc Boivin une journée avant le scrutin.

M. Gagnon reconnait également certaines maladresses survenues pendant la campagne. «Il est certain que le débat est un facteur ayant joué en notre défaveur. C’était mon premier débat télévisé et je manquais d’expérience», soutient-il. Mais il demeure intransigeant quant à sa position sur les «bacs bruns». Selon lui, il y a d’autres options pour le compostage à Saguenay. «J’espère sincèrement que Josée Néron va se rétracter. Ça n’a aucun sens, surtout lorsque d’autres technologies sont disponibles», dit-il.

À propos de Gabrielle Paul

Gabrielle Paul est native de la communauté ilnu de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean. En grandissant, elle a toujours baigné dans les communications, multipliant les animations et les rédactions. Elle occupe maintenant un poste d’agente en communication à Pekukamiulnuatsh Takuhikan, le conseil de bande de Mashteuiatsh. Fière de ses origines, elle étudie en journalisme dans l’espoir de mieux faire connaître les réalités autochtones en offrant un regard empreint de vérité sur la situation. Elle est une grande passionnée aux champs d’intérêts multiples, passant par les mouvements idéologiques, les philosophies audacieuses de Camus et de Schopenhauer et la littérature anglaise du XIXe siècle. Elle aspire à faire des études universitaires en science politique et à devenir polyglotte.

À voir aussi

Semaine de l’entrepreneuriat | Des trucs pour se lancer en affaires

Donner un coup de pouce aux nouveaux entrepreneurs et encourager les citoyens qui en ont …