vendredi , 15 décembre 2017
Accueil / Opinions / Le fait-main, un frein à l’endettement

Le fait-main, un frein à l’endettement

 

Noël coûte cher. Selon un sondage Léger Marketing de 2015, chaque Canadien dépense  en moyenne 575 $ durant le temps des fêtes. Cette statistique a de quoi étonner, mais il y a pire : le journal Métro révélait l’an dernier que 63 % des Québécois offrent des cadeaux, peu importe leur situation financière. Serait-ce donc une fatalité d’entamer la nouvelle année endetté ? Pas nécessairement: avec un peu d’imagination et de créativité, il est facile de traverser cette période festive à moindres coûts.

Pour les plus artistiques, Pinterest regorge d’idées de présents originaux pour toute la famille. Il serait d’ailleurs dommage de penser que bougies et savons sont les seules alternatives aux coûteux cadeaux tout droit sortis du centre commercial. Bijoux, toiles et tricots sont certes des classiques, mais les idées créatives sont innombrables et les possibilités de personnalisation, infinies. Boîtes thématiques, albums souvenirs et huiles essentielles ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

Ceux qui ne sont pas habiles de leurs 10 doigts pourront également opter pour des cadeaux faits maison, car le fait main ne rime pas nécessairement avec talent artistique.

Les biscuits et les soupes en pot sont par exemple des idées facilement réalisables et réconfortantes. Le concept est simple: tous les ingrédients secs de la recette sont étagés dans un contenant de verre, auquel est jointe une étiquette indiquant les ingrédients liquides à ajouter et les directives.

Le temps est aussi un précieux cadeau, si peu coûteux et pourtant si souvent oublié. Les coupons qui offrent une soirée de gardiennage aux parents débordés seront par exemple grandement appréciés. Rénovations, congé de tâches ménagères, temps privilégié dans un horaire chargé: il suffit de bien connaître le destinataire pour viser dans le mille avec ce cadeau personnalisé.

Si le temps manque pour créer vous-même vos cadeaux, les artisans de la région seront présents dans les marchés de Noël jusqu’aux festivités du temps des fêtes. Alors que 52 % des Québécois achètent leurs cadeaux dans un centre commercial, au Saguenay—Lac-Saint-Jean, faisons en sorte de faire mentir cette statistique en changeant nos habitudes et, du même coup, en ne s’endettant pas au nom de la surconsommation.

 

À propos de Juliette Lefebvre

Si vous cherchez Juliette, ne regardez pas chez elle dans les Cantons-de-l’Est. Vous avez plus de chances de la trouver dans le rayon voyage d’une librairie, sur le chemin de son prochain roadtrip ou la tête dans les nuages en planifiant son prochain périple. Son amour inconditionnel pour le français et son intérêt pour l’actualité internationale l’ont menée à Jonquière, où elle ne cesse d’étonner son entourage avec des expressions loufoques sorties d’un autre temps. Elle ponctue ses anecdotes de ces expressions tout à fait charmantes (selon elle) ou absolument horribles (selon ses amis). Dans quelques années, nul ne sait où elle vivra, ni quel métier elle exercera. Toutefois, il est certain qu’elle aura ajouté quelques étampes à son passeport et qu’elle décriera toujours aussi férocement l’utilisation du verbe « assir ».

À voir aussi

Fini la «procédurite» aiguë!

La nouvelle mairesse de Saguenay, Josée Néron, a annoncé la fin de l’omerta qui menottait …