vendredi , 15 décembre 2017
Accueil / Sports & loisirs / L’année de rêve de Charles Tremblay
En 22 parties cette saison, Charles a une récolte de 9 buts, 12 passes et 21 points.

L’année de rêve de Charles Tremblay

Il y a un an, l’attaquant des Élites de Jonquière, Charles Tremblay, évoluait à Saint-Félicien au niveau midget BB. Aujourd’hui, le hockeyeur de 17 ans trône au sommet de la liste des pointeurs de son équipe et pourrait être rappelé par les Saguenéens de Chicoutimi durant la période des Fêtes pour y terminer la saison selon les dires de son entraîneur, Steve Thériault.

Après avoir été ignoré par toutes les organisations lors de sa première année d’éligibilité au repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Charles Tremblay a préféré décliner l’invitation au camp des Élites de Jonquière. L’ailier a voulu jouer avec ses amis à Saint-Félicien et ne pas avoir à faire payer les coûts élevés d’une saison chez les Élites à ses parents, ne croyant plus en ses chances de se rendre plus loin dans sa carrière.

À la suite d’un début de saison dominant dans sa formation midget BB, Tremblay a été invité par Steve Thériault en janvier en tant que joueur affilié, alors qu’un poste venait de se libérer dans son équipe. «Dès sa première fin de semaine avec nous où il a joué deux bons matchs, on a vu qu’il méritait sa place», explique son entraîneur-chef. L’étudiant-athlète n’a eu autre choix que d’accepter l’invitation. «Rien n’arrive pour rien dans la vie, j’ai vu ça comme une dernière chance», raconte-t-il. Ses bonnes performances au niveau midget AAA ont incité les Saguenéens de Chicoutimi à le repêcher en 7e ronde le printemps dernier.

Cette saison, Charles Tremblay est un pilier de la formation jonquiéroise et agit comme un vrai leader avec ses coéquipiers. «J’essaye toujours de rendre les coéquipiers autour de moi meilleurs. Je suis quelqu’un de positif dans le vestiaire et qui va donner son 100% à chaque partie», souligne l’assistant-capitaine. Durant l’été, l’attaquant a eu une bonne préparation physique et est conscient des sacrifices qu’il doit faire pour se rendre plus loin. «Tu dois mettre ta vie sociale de côté, à mon âge, les gens sont sur le party. Si je bois une bière, je vois ça comme deux heures d’entrainement gaspillées», renchérit-il.

L’étudiant en Sciences humaines – comptabilité est un élève aussi assidu dans ses travaux scolaires. Au primaire, il a sauté sa cinquième année en raison de sa facilité à l’école. «Quand ça va mal dans tes études, c’est un stress de plus que tu dois endurer», souligne le jeune homme qui est réputé pour son éthique de travail autant à l’école que sur la glace.

L’espoir des Saguenéens a joué une partie avec la formation de Yanick Jean cette saison, inscrivant deux passes au passage. «Il va être un élément important dans un proche avenir avec Chicoutimi. Avec le Challenge CCM qui débute sous peu, la direction des Saguenéens va voir son talent et risque de le rappeler», conclut Steve Thériault.

À propos de Vincent Lanoie

Après avoir échoué les tests physiques en Techniques policières au Cégep de Sherbrooke à 16 ans, Vincent Lanoie a totalement changé son plan de carrière. Pourquoi? Parce que s’il y a quelque chose que le Granbyen d’origine ne peut pas cacher, c’est qu’il parle beaucoup et il le sait. C’est lors de son passage au secondaire, alors que Vincent animait les galas de fin d’année, que ses professeurs lui ont fait remarquer son talent de communicateur et son aisance sur scène. C’est à ce moment qu’il a décidé qu’un jour, on le verrait à la télévision. Sportif et passionné de sports, Vincent a lui-même porté les couleurs de son cégep en football. Il agit à titre de descripteur/analyste hockey pour la diffusion web des joutes des Élites de Jonquière au niveau Midget AAA. Bon vivant et motivé par la vie, il ne se ferme aucune porte quant à son avenir.

À voir aussi

Saison de pêche blanche 2018 | La nouvelle réglementation suscite la grogne

La nouvelle réglementation sur la pêche blanche a soulevé beaucoup d’indignation parmi les quelque 300 …