Accueil / Actualités / Intégration multimédia | Le petit dernier de la famille ATM
Intégration multimédia

Le petit dernier de la famille ATM

Il y a 16 ans est né le petit dernier de la famille d’ATM, le programme de Techniques d’intégration multimédia (IMM). Avec l’avènement du numérique et du Web, une telle spécialisation s’imposait.

Les étudiants en IMM sont très polyvalents. Ils apprennent durant leur cursus scolaire l’animation 2D et 3D, le design, le montage vidéo, la programmation, etc. «Ils font vraiment de tout pour être capables de travailler sur tous les fronts possibles sur le marché du travail», explique l’enseignante et la coordonnatrice départementale, Joane Bilodeau.

Un projet d’envergure de fin d’études attend les étudiants en troisième année, soit la création d’un site web de A à Z pour un véritable client. «Ce travail prend toute la session d’automne et une partie de la session d’hiver. Ils le remettent juste avant de partir en stage pour huit semaines», raconte Mme Bilodeau.

Comme le programme n’est pas le seul présent au Québec, les stages s’effectuent en majorité au Saguenay–Lac-Saint-Jean, mais ce n’est pas un désavantage selon un étudiant de deuxième année, Samuel Doucet. «C’est ce qui est génial avec Internet. Rester en région n’est vraiment pas un problème, puisqu’il n’y a tout simplement pas de frontières», explique-t-il.

Plusieurs options sont à leur portée lorsque les finissants sortent avec leur diplôme en poche. Les employeurs leur ouvrent les bras très grand, mais il leur est aussi possible de poursuivre à l’université et de se spécialiser, par exemple dans la programmation de jeux vidéo, ou en graphisme. «IMM, c’est une base idéale pour se parfaire dans un sujet, les opportunités sont très larges», conclut Joane Bilodeau.

À propos de Andréane Vallée

Native du Lac-Saint-Jean, Andréane Vallée est une jeune femme passionnée par le monde entier. Elle a étudié à l’école secondaire Camille-Lavoie dans le programme d’éducation internationale (PEI). C’est d’ailleurs une journée découverte avec cette école qui lui a permis d’enfiler l’instant d’une journée l’habit d’un journaliste. Depuis son plan était clair, elle devait étudier à Jonquière à tout prix. Toutefois sa curiosité et la vie l’ont menée ailleurs, plus précisément à Sydney, en Australie. Après un an à l’étranger et la tête remplie de rêves, elle revient en 2015 pour étudier en Art et technologie des médias. Des intérêts variés et l’envie de tout savoir, de tout connaître, voilà qui décrit très bien Andréane. Nous verrons où la vie la mènera.

À voir aussi

Une mode gravée dans la peau

Pratiqué depuis des millénaires par de nombreuses cultures, le tatouage fait maison (stick and poke) …