Accueil / Opinions / Les chaînes Youtube | Croire ou ne pas croire ?
Les chaînes Youtube

Croire ou ne pas croire ?

De plus en plus de jeunes décident de démarrer leur propre chaîne Youtube. Malheureusement, ils s’improvisent très souvent experts en diverses matières et donnent leur avis sur des sujets sans les connaître à fond. En plus de dénaturer le travail des vrais youtubeurs, cette pratique aiguise le côté égocentrique des jeunes.

Selon des statistiques de Reech, un site internet spécialisé en solution innovante d’influence marketing, en 2017, la moitié des influenceurs ont entre 19 et 30 ans. Parmi ceux-ci, 63 % abordent des sujets sans rapport avec leur métier. En parcourant la populaire plateforme, il n’est pas rare de tomber à de multiples reprises sur le même genre de vidéos. Ce n’est pas nécessairement intéressant de connaître 10 trucs sur un illustre inconnu ou encore, de découvrir la recette, dite miracle, d’une crème pour le visage faite maison par on ne sait trop qui.

La youtubeuse beauté Cynthia Dulude partage ses connaissances en matière de beauté depuis 2011. Ce qui est différent avec elle, c’est la formation qu’elle a en tant que maquilleuse professionnelle. Le pire, c’est que les internautes ont une confiance aveugle aux youtubeurs. Ils ne se rendent pas compte que ce n’est pas réel et que souvent, ce qui semble être de l’information est de la promotion maquillée.

Et pour les jeunes youtubeurs, cette quête constante afin d’obtenir des vues sur la chaîne peut devenir malsaine. Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour augmenter leur popularité ? Créer pour informer, oui c’est possible. Mais refaire ce qui a déjà été fait par le passé par d’autres, ce n’est pas la meilleure façon pour réussir à se créer un nom.

À propos de Marie-Ève Trottier

Originaire d’Arvida au Saguenay, Marie-Ève est énormément attachée à ses racines. Ce n’est pas étonnant que dès son jeune âge, elle savait où elle voulait être, soit devant une caméra. On peut la définir comme étant une personne particulièrement travaillante, multitâche, et déterminée. Venir étudier en Art et technologie des médias dans le volet journalisme aura été de loin sa meilleure décision. Sa passion pour l’actualité ne date pas d’hier. N’essayez pas de lui apprendre une nouvelle qui vient de tomber, il est déjà trop tard. Artiste dans l’âme, elle a été comédienne durant cinq ans dans la fresque historique de la Fabuleuse Histoire d’un Royaume. Pas étonnant qu’elle soit une grande passionnée d’arts et que le cinéma commence à l’interpeller pour l’université.

À voir aussi

Pas juste la faute aux festivals

Existe-t-il un problème de parité hommes-femmes dans les festivals de musique au Québec? À en …