mercredi , 21 février 2018
Accueil / Arts & culture / Tournage du vidéo de Justin Timberlake | Erik Gagnon fait face à des défi s techniques
Erik Gagnon, finissant d'ATM, s'est envolé pour Los Angeles pour travailler sur le clip de Justin Timberlake.
Tournage du vidéo de Justin Timberlake

Erik Gagnon fait face à des défi s techniques

Erik Gagnon, finissant de 1993 en Art et technologie des médias, a récemment travaillé sur le clip de la chanson Supplies de Justin Timberlake. L’homme qui a participé aux campagnes publicitaires d’Adidas, de Bell Canada et au dernier clip de Katy Perry Swish Swish ajoute ainsi une nouvelle expérience à son bagage.

C’est à la compagnie montréalaise Rodéo FX qu’est revenue la tâche de faire les effets spéciaux pour la vidéo de la vedette internationale. Le clip, qui a été lancé le 18 janvier, a déjà atteint la barre des 13 millions de visionnements. De la réunion de préproduction jusqu’à la postproduction, M. Gagnon a été présent. «On a commencé par réfléchir sur les meilleures façons de tourner les images dont on avait besoin. C’était l’un des plus gros tournages de ma vie», a-t-il mentionné en entrevue.

Vers la mi-novembre, il s’est envolé à Los Angeles pour un tournage éclair de quatre nuits. «On tournait de 16 h à 3 ou 4h du matin. C’était super stimulant, ça allait très vite. On devait faire trois scènes par soir, raconte-t-il. On a dû faire face à plusieurs défi s techniques. Je pense spécialement à la scène des gens qui flottent. Au départ, on n’avait que trois acteurs. Le problème, c’est qu’on avait à faire un effet qui permet de dupliquer une section d’image afin de donner l’impression qu’il y a une foule. Heureusement, quelques techniciens ont décidé d’aider et ça nous a fait plus de participants.»

Exemple de crowd duplication, technique qui permet de dupliquer une image pour faire un effet de foule.

«Justin Timberlake ne vient pas seul, il a son entourage et c’est vraiment avec le directeur artistique et le producteur que j’ai dû interagir, mentionne-t-il. Cependant, je lui ai donné quelques directives pour qu’il sache comment se placer pour la scène d’amour avec Eiza Gonzalez.»

Dès son retour à Montréal, une petite équipe de 25 personnes s’est mise à travailler sur les images, sous sa supervision. «Je me sentais comme un agent secret, j’avais en ma possession toutes les images du nouveau clip de Justin Timberlake, dit-il en riant. Il a fallu créer les environnements, je pense particulièrement à la scène avec les parapluies. On a supprimé le dépanneur qui se trouvait de l’autre côté de la rue puis on a mis un magasin à la place. On a ajouté de la dorure pour créer une ville futuriste.» L’équipe de postproduction a pris très à coeur son travail et c’est grâce à cela qu’ils ont réussi à fournir un aussi bon résultat en si peu de temps. Selon M. Gagnon, le grand défi du projet aura sans aucun doute été la rapidité d’exécution.

L’équipe a dû créer des environnements spécialement pour le clip, dont celui-ci.

 

Retour sur l’expérience

«J’ai trouvé vraiment intéressant de participer à toutes les étapes de la réalisation du clip, mais je trouve encore mieux d’avoir accès aux réactions des gens», explique le Montréalais. En effet, il a constaté que les commentaires du public étaient très diversifiés. «Certains ont adoré, d’autres ont détesté. J’ai lu de tout : des éloges, des commentaires qui dégradaient la musique et d’autres le vidéoclip. C’est normal pour les grandes vedettes. Il y a même des youtubeurs qui ont fait des vidéos pour démontrer qu’il y avait un lien entre les Illuminatis, cette organisation qui est au coeur de la théorie du complot, et le clip de Supplies », souligne-t-il.

À propos de Camille Boutin

C’est à la suite d’une rencontre avec Audrey Gagnon, journaliste pour le TVA Nouvelles Montréal que Camille a eu la piqûre du journalisme et qu’elle a choisi d’amorcer une formation en journalisme au Cégep de Jonquière. Camille Boutin est originaire de Terrebonne, en banlieue nord de Montréal. Depuis son entrée, elle a vécu toutes sortes d’expériences très formatrices. Elle a eu la chance de participer au Forum Étudiants en janvier dernier, une semaine de simulation parlementaire intensive durant laquelle elle a alimenté une quotidienne de plusieurs chroniques cinglantes. Camille a aussi coanimé une émission de radio sur les ondes de CKAJ et collaboré au Web magazine La Cerise en tant que journaliste. La cuisine, le chant et la lecture ne sont que quelques-uns de ses passetemps favoris. Les domaines de la psychologie et des sciences l’intéressent beaucoup. À 19 ans et demi, Camille souhaite s’inscrire à l’université en psychologie pour réaliser son rêve de devenir psychologue.

À voir aussi

Ultra haute définition | Une technologie inaccessible en région

Bien qu’Hollywood utilise déjà la technologie 4K (ultra haute définition) depuis plusieurs années, l’industrie cinématographique …