mercredi , 21 février 2018
Accueil / Actualités / Alloprof | Nouvelle collaboration avec l’UQAC
Jessica Lord et l'une des enseignantes de Alloprof au travail.
Alloprof

Nouvelle collaboration avec l'UQAC

Les étudiants au baccalauréat en enseignement des sciences au secondaire de l’UQAC ont pu observer à l’œuvre les enseignants de Alloprof. Ce projet pilote a eu lieu mardi soir à l’école secondaire Charles-Gravel de Chicoutimi.

Alloprof est un organisme sans but lucratif qui emploie des jeunes professeurs afin qu’ils puissent répondre, à l’heure des devoirs, aux questions d’étudiants de partout en province. Ils sont joignables par téléphone, par leur forum, via la cyber classe et même par texto.

Pour un de leur cours, les étudiants, sous la supervision de Marc-André Brassard, responsable du centre Alloprof à Saguenay, et Ugo Collard-Fortin, chargé de cours au département des sciences de l’éducation, ont été jumelés au personnel enseignant. Bien que l’UQAC et Alloprof aient déjà travaillé de concert, il s’agit d’une nouveauté.

Pendant que les professeurs répondaient aux questions d’élèves, les futurs enseignants pouvaient écouter la conversation téléphonique et ainsi analyser les besoins des jeunes élèves. Pour M. Brassard, il s’agit « d’une excellente façon d’en apprendre davantage sur la clientèle. C’est une valeur ajoutée en début de carrière. »

De son côté, M. Fortin y voit un bon moyen d’établir des liens clairs entre la théorie et la pratique tout en découvrant une nouvelle réalité. « Quand on sort de stage, on ne connait pas bien le milieu. On ne connait ni les enseignants ni les suppléants. Le fait de les jumeler ici, avec des professeurs de la région, ça rend le tout plus facile. C’est aussi plus encourageant », affirme-t-il.  

Jessica Lord, elle-même participante au projet, s’est réjouie de cette opportunité. « La clientèle est très intéressante et c’est vraiment super d’être jumelé à des professionnels. C’est une petite équipe et l’ambiance est agréable. On se consulte si on a des questions et les professeurs nous ont très bien accueillis. Ils nous en montrent plus qu’il ne le faut », raconte-t-elle.

L’équipe de la section régionale de Alloprof.

D’une durée de trois heures, ce court stage d’observation s’ajoute au bagage d’expériences des étudiants au bac en enseignement des sciences. Les discussions sont déjà amorcées pour permettre aux universitaires de participer plus d’un soir. Ugo Collard-Fortin est même prêt à pousser le projet encore plus loin en permettant à ses étudiants d’interagir avec les bénéficiaires du service.  

Selon M. Brassard, l’UQAC est privilégiée par sa position géographique. Le centre d’appels qui répond aux questions de sciences et de mathématiques se trouve tout près alors que les autres centres, qui sont situés à Québec et Montréal, ne sont pas nécessairement aussi près des universités.

À propos de Camille Boutin

C’est à la suite d’une rencontre avec Audrey Gagnon, journaliste pour le TVA Nouvelles Montréal que Camille a eu la piqûre du journalisme et qu’elle a choisi d’amorcer une formation en journalisme au Cégep de Jonquière. Camille Boutin est originaire de Terrebonne, en banlieue nord de Montréal. Depuis son entrée, elle a vécu toutes sortes d’expériences très formatrices. Elle a eu la chance de participer au Forum Étudiants en janvier dernier, une semaine de simulation parlementaire intensive durant laquelle elle a alimenté une quotidienne de plusieurs chroniques cinglantes. Camille a aussi coanimé une émission de radio sur les ondes de CKAJ et collaboré au Web magazine La Cerise en tant que journaliste. La cuisine, le chant et la lecture ne sont que quelques-uns de ses passetemps favoris. Les domaines de la psychologie et des sciences l’intéressent beaucoup. À 19 ans et demi, Camille souhaite s’inscrire à l’université en psychologie pour réaliser son rêve de devenir psychologue.

À voir aussi

Arrondissement de Chicoutimi | 4000 $ pour la Saint-Vincent-de-Paul

La Société de Saint-Vincent-de-Paul, située sur la rue Langevin à Chicoutimi, recevra une aide financière …