Accueil / Actualités / Parler du suicide, la meilleure façon de le contrer

Parler du suicide, la meilleure façon de le contrer

Parler du suicide sauve des vies! Voici le nouveau slogan qu’a mis sur pied l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) pour la 28e Semaine nationale de la prévention qui se déroule jusqu’au 10 février.

L’objectif de ce slogan est simple, briser l’isolement. Pour Mathieu Brisson, un intervenant du Centre de prévention du suicide 02 (CPS02), c’est en parlant de cette cause que les tabous vont tomber. «Notre but c’est de diminuer le taux de suicide et on veut utiliser le fait de pouvoir parler pour briser l’isolement, surtout au niveau individuel», affirme-t-il.

L’intervenant Martin Brisson du Centre de prévention du suicide 02 était de passage dans les studios d’ATM mercredi.

Même si cette semaine de prévention ne dure que sept jours, M. Brisson soutient que le but premier de l’AQPS est de mobiliser les gens à longueur d’année. «Cette semaine est très importante, mais on veut surtout que les gens en parlent pendant toute l’année, qu’ils fassent appel à des organismes en tout temps pour faire en sorte qu’il y ait moins de suicides.»

Au Saguenay—Lac-Saint-Jean, le taux de suicide est plutôt stable, ce qui n’est ni bon ni mauvais, estime l’intervenant. Selon lui, la clé pour faire en sorte que ce taux diminue, c’est la prévention. «En se mobilisant davantage, en faisant plus de promotion et plus de sensibilisation, on croit qu’on peut faire diminuer le taux de suicide dans la région», fait-il valoir.

La ligne téléphonique du CPS 02 est ouverte 24h sur 24 et pour tous au 1-866-277-3553.

À propos de Marie-Michèle Coutu

Kingsey Falloise d’origine, mais maintenant Drummondvilloise et Victoriavilloise à ses heures, Marie-Michèle Coutu a quitté son petit nid familial pour venir s’installer à Jonquière il y a maintenant deux ans avec un seul but en tête : travailler à RDS. Curieuse, passionnée, fonceuse et avec un certain (très fort) caractère, cette jeune femme de 20 ans à un intérêt pour le monde des médias depuis qu’elle a vu œuvrer Chantal Macchabée à RDS. Fan des Canadiens depuis sa tendre enfance, petite joueuse de soccer (elle mesure juste 5 pieds 3) et amatrice incontestable de la sauce à spaghetti de sa mère, Marie-Michèle n’a pas surpris son entourage lorsqu’elle leur a annoncé qu’elle quittait la maison pour étudier en journalisme de l’autre côté du Parc des Laurentides. Globetrotteuse lorsque les finances lui permettent et joueuse de bowling extraordinaire, Marie-Michèle n’est pas seulement passionnée du sport, mais aussi tout ce qui touche l’actualité internationale ainsi que canadienne. Son plus grand rêve serait de couvrir les Raptors de Toronto (NBA), mais pour une chaîne sportive francophone.

À voir aussi

Théâtre le Mortier | Une philosophie centrée autour des discussions avec le public

Nouvellement lancé à Saguenay par Joëlle Gobeil et Keven Girard, le Théâtre du Mortier a …