Accueil / Opinions / Un pétard mouillé

Un pétard mouillé

5 décembre 2017. Une bombe tombe sur le monde du sport: la Russie est bannie des Jeux olympiques en raison du dopage de ses athlètes! Tout le monde croyait que, enfin, le Comité international olympique (CIO) avait mis ses culottes, mais malheureusement, il a plutôt mis ses sous-vêtements.

Cette punition, si on peut appeler ça ainsi, est comme si on avait envoyé un enfant qui a fait une bêtise dans le coin, mais qu’on lui laissait avoir tous ses jouets ou appareils électroniques… Le CIO croit-il vraiment que le problème va se régler? C’est une récompense qu’on a donnée aux Russes, ou devrais-je dire les «athlètes olympiques russes», pas une conséquence.

Les athlètes dits «propres» peuvent participer aux Jeux sous le drapeau neutre des Olympiques et surtout sous le nom «Athlètes olympiques russes» pour éviter l’utilisation du mot Russie. Ainsi, les commentateurs des différentes compétitions doivent se creuser les méninges pour trouver un autre nom pour les Russes. «Les rouges», «l’équipe habillée en blanc», «les athlètes venant du plus grand pays», on aura entendu pendant cette première semaine des Jeux. Bien joué le CIO.

À propos de William Tremblay

Passionné de sport depuis qu’il est né, William Tremblay a toujours voulu travailler dans le domaine des médias. Âgé de 19 ans, William n’a jamais fait douter son entourage quant à ses choix de carrière. Le Cégep de Jonquière était donc la place de prédilection pour ce jeune homme. Originaire de Varennes, William a plongé dans l’aventure jonquiéroise comme les Oréos plongent dans un verre de lait. Avec une mère qui a étudié elle aussi en ATM et qui travaille au Réseau Des Sports (RDS), il était évident que son choix s’arrêterait sur les sports et les médias. Fan des Canadiens et de l’Impact de Montréal, Willi Sport fait honneur à ce surnom. « Grand » joueur de hockey et de soccer, William ne rate jamais une occasion de parler sport et c’est pour ces raisons que son but est d’un jour se retrouver devant une caméra de RDS. Il adore aussi jouer des parties de NHL 17 avec ses amis mettant en vedette les équipes les plus loufoques. William repartira du royaume saguenéen avec des souvenirs mémorables vécus lors de ses trois années et des rencontres inoubliables.

À voir aussi

Pas juste la faute aux festivals

Existe-t-il un problème de parité hommes-femmes dans les festivals de musique au Québec? À en …