jeudi , 20 septembre 2018
Accueil / Opinions / Soccer dôme de Jonquière | La première pelletée de terre devra attendre
Soccer dôme de Jonquière

La première pelletée de terre devra attendre

Il serait surprenant que la Ville de Saguenay puisse obtenir les subventions nécessaires afin d’entamer les constructions d’un nouvel amphithéâtre sportif à Chicoutimi et d’un soccer dôme dans l’arrondissement de Jonquière en 2018. Les élus devront donc choisir entre les deux établissements et le dossier du centre Georges-Vézina risque d’être priorisé au détriment des amateurs du ballon rond.

En effet, tout porte à croire que les problèmes de toit du centre Georges-Vézina, qui ont forcé l’arrêt des activités pendant trois semaines, toucheront un plus grand pourcentage de citoyens qui désireront résoudre les problèmes du domicile des Saguenéens de Chicoutimi, et ce, coûte que coûte. Même que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a affirmé, comme promesse électorale, que les problèmes de l’amphithéâtre allaient être au cœur de ses préoccupations lors de son prochain mandat. 

Bien qu’une demande de subventions de 7,5 millions $ ait été déposée pour le soccer dôme le 23 février dernier au gouvernement du Québec, la municipalité devra tout de même débourser pas moins de 12,5 millions pour la réalisation de ce projet alors que les rénovations du centre Georges-Vézina doivent se faire immédiatement et coûteraient également plusieurs millions $.

De plus, il est connu que les sports sur glace ont une plus grande popularité dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean lors de la période hivernale. C’est pourquoi la rénovation du centre Georges-Vézina ainsi que la création d’un complexe sportif ont une plus grande place dans le cœur des Saguenéens, car ces projets permettraient de continuer à la région d’être une véritable pépinière en patineurs de vitesse courte piste.

En contrepartie, la construction du stade de soccer intérieur avait été demandée par plusieurs clubs de la région en septembre 2015 à l’ex-maire, Jean Tremblay. Quelques mois plus tard, M. Tremblay n’avait toujours pas fait de démarches pour satisfaire les demandes des joueurs qui attendaient et qui attendent toujours la venue d’un centre de soccer intérieur depuis plus d’une dizaine d’années. Malgré la bonne volonté des nouveaux élus, la première pelletée de terre ne sera pas pour demain.

À propos de Émeric Montminy

Originaire de Saint-Basile-le-Grand, Émeric Montminy a été plongé dans le monde des communications à l’âge de trois ans. C’est en participant à deux jeux-questionnaires sportifs avec Paul Houde et Mitsou Gélinas qu’Émeric devint à l’aise avec les caméras et les micros. Au secondaire, il commence à parfaire son français écrit et ses aptitudes de relations interpersonnelles. Diplômé de l’École d’éducation internationale de McMasterville (EEI), Émeric quitte son domicile pour Jonquière afin d’apprendre à devenir un journaliste complet. Émeric a vécu de nombreuses aventures depuis son arrivée au Cégep de Jonquière. L’un de ses moments favoris reste certainement la fois où il a eu le privilège, grâce à TC Média, de couvrir les Jeux du Québec à Alma et d’être publié, pour la première fois, dans un véritable journal. Le meilleur reste à venir pour Émeric, qui reste persuadé qu’il n’aura jamais l’impression de travailler s’il perce dans le domaine du journalisme, car il n’aura qu’à se lever le matin, à faire ce qu’il aime et à rejoindre des collègues avec qui il partage une passion.

À voir aussi

Pas juste la faute aux festivals

Existe-t-il un problème de parité hommes-femmes dans les festivals de musique au Québec? À en …