Accueil / Arts & culture / Les bénévoles reviennent d’année en année

Les bénévoles reviennent d’année en année

Cette année, ce sont plus de 200 bénévoles qui participeront au festival international du court métrage REGARD. Pour certains, cette activité est devenue, au cours des années, un véritable rituel.

Sonia Simard, bénévole depuis une dizaine d’années, adore découvrir l’envers du décor. Pour la septième année de suite, elle est chauffeuse désignée pour le porte-parole de Regard. «Cela permet de créer des relations privilégier avec des artistes», a évoqué Mme Simard.

En cette 22e édition, la bénévole se présentera à l’aéroport de Bagotville pour accompagner Sarah-Jeanne Labrosse jusqu’à l’Hôtel Chicoutimi. Ce sera le début de quelques jours en sa compagnie. Elle fait partie de l’un des 15 chauffeurs de l’équipe de bénévoles. Certains se rendent d’ailleurs à Québec ou à Montréal pour transporter les invités.

Jacques McBrearty, cinéphile de 32 ans, apprécie la possibilité de varier ses tâches. Par exemple, depuis sept ans, il a pu aider du côté de la sécurité, de la billetterie, de la table promotionnelle et du service cabaret. «Les pauvres employés ont des cernes durant l’effervescence de l’événement, alors ils ont besoin de bénévoles. C’est une machine bien rodée et une belle équipe», a-t-il mentionné.

Souvenirs

À ses débuts, Mme Simard était productrice du film improvisé. Son rôle était de dénicher des comédiens pour tourner les courts métrages dans la ville de Saguenay durant la période du festival. Aujourd’hui, la dame continue de prêter main-forte. «Tant qu’ils auront besoin de moi, j’y serai», a-t-elle exprimé avec entrain.

Cette dernière a pu suivre l’évolution de REGARD en raison d’une augmentation de participants et d’une visibilité de plus en plus forte à l’international. «Malgré son envol, le festival a réussi à conserver son authenticité et son âme», a souligné la bénévole.

À propos de Zoé Le Gallic-Massie

Zoé Le Gallic-Massie est une friande d’aventures. Étant nomade, il est plutôt difficile d’identifier son lieu d’origine, car elle provient d’une famille éclatée aux quatre coins du Québec. Comme elle aime croquer à pleines dents dans la vie, elle a commencé à rédiger un blogue quand elle a voyagé en Amérique centrale. Ensuite, elle s’est retrouvée tout bonnement comme recherchiste au Global Welcome Centre à l’Université de Winnipeg pour aider les immigrants sur leur nouvelle terre d’accueil. Après sa deuxième session, elle a envoyé son curriculum vitae un peu partout au Québec, et la Télévision de Charlevoix Ouest est finalement l’endroit où elle a atterri ! Enfin, elle aime comprendre les différents univers des gens pour en apprendre le plus possible sur les réalités vécues sur cette planète terre …

À voir aussi

Exposition Papy | L’héritage d’un père à sa fille

L’artiste-peintre Clément Gravel, connu sous le nom de Papy, expose pour la première fois ses …