dimanche , 21 octobre 2018
Accueil / Actualités / Des biscuits en pain d’épice financent la SPCA

Des biscuits en pain d’épice financent la SPCA

Six jeunes de l’école Le Tandem Rosaire de Jonquière ont mis la main à la pâte pour aider la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Saguenay. Ils ont récolté 900 $ en concoctant des biscuits en pain d’épice qu’ils ont ensuite vendus dans leur entourage.

Les élèves sont très sensibles à l’abandon des animaux et aux autres problématiques que vivent les animaux hébergés SPCA et c’est pourquoi ils ont décidé d’organiser cette levée de fonds. Mercredi après-midi, ils ont remis un chèque à la directrice de la SPCA, Mary Pier Hudon.

Les jeunes ont offert une entrevue aux journalistes de La Pige.

«On ne s’attendait pas à ramasser autant d’argent et ça nous rend fières», a confié Catherine Tremblay devant la caméra d’ATM. «On est aussi content que les gens se soient impliqués dans notre projet», a ajouté sa collègue Joanie Larocque.

Mary Pier Hudon a été particulièrement touchée de voir l’implication des jeunes et leur sensibilité. «Leur niveau de conscience est impressionnant surtout considérant leur jeune âge», a-t-elle témoigné.

Elle a aussi révélé que le montant amassé par les enfants est très impressionnant surtout sachant que la SPCA elle-même a parfois de la difficulté à récolter de telles sommes lors de ses campagnes de financement.

L’ancienne technicienne en santé animale en a aussi profité pour sensibiliser les autres jeunes de l’école, rassemblés dans le gymnase de l’école le Tandem.

«Si jamais vous êtes témoins de négligence envers les animaux, signalez-le à la SPCA. Ce petit geste est déjà d’une grande aide pour nous», a expliqué Mme Hudon aux enfants qui lui demandaient ce qu’ils pouvaient faire pour aider la cause.

Les jeunes entrepreneurs disaient être déçus de ne pas pouvoir faire de bénévolat pour l’organisme (un âge minimal de 16 ans est demandé pour participer au toilettage et aux promenades). Ils disaient tout de même attendre avec impatience d’être assez vieux pour pouvoir aider encore plus les animaux dans le besoin.

À propos de Mikaël Beauchemin

Petit garçon de campagne, Mikaël Beauchemin est originaire de Saint-François-du-Lac au Centre-du-Québec. Dès sa tendre enfance, il s’intéresse à tout et tente de comprendre le monde qui l’entoure. Cette curiosité le pousse à se renseigner sur une panoplie de domaines allant de l’astronomie à la politique, en passant par le sport et le droit. Verbomoteur de nature, communiquer est son plus grand atout et il ne manque pas une occasion d’exprimer le fond de sa pensée. C’est pour cette raison qu’il s’est inscrit en ATM après son parcours secondaire où il a découvert sa passion pour la télévision. Le jeune centriquois est animé par une détermination sans limites qui le pousse toujours plus loin. Il a d’ailleurs espoir de se retrouver un jour en zone d’instabilité politique en tant que correspondant à l’étranger.

À voir aussi

World Press Photo à la Pulperie | Des clichés poignants et choquants

Une cinquantaine de personnes ont découvert avec stupeur les photos de l’exposition internationale du World …