dimanche , 21 octobre 2018
Accueil / Actualités / Saguenay veut relever le défi «Ville intelligente»

Saguenay veut relever le défi «Ville intelligente»

La Ville de Saguenay sera candidate pour le Défi villes intelligentes, présenté par Infrastructure Canada qui met en compétition plusieurs collectivités partout au Canada, dans le but de favoriser l’innovation par la technologie connectée.

Le projet, échelonné sur 10 ans, comprend trois compétitions amicales, dont les prix sont d’une valeur de cinq, 10 et 50 millions.

La Ville de Saguenay a posé sa candidature dans la catégorie des villes de 500 000 habitants et moins. Dans cette catégorie, deux villes courent la chance de remporter 10 millions chacune.

«Le gouvernement du Canada veut faire innover les collectivités en donnant la possibilité aux citoyens d’échanger avec leur administration sur des idées qui pourraient régler des problèmes locaux, par le biais des technologies connectées, entre autres», affirme le directeur exécutif d’Infrastructure Canada et responsable du développement et de la mise en œuvre du Défi des villes intelligentes, Éric Poirier.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron se dit très enthousiaste face au projet et incite la population à répondre au sondage sur le site de la ville jusqu’au dimanche 25 mars, afin de connaître les besoins des citoyens, la dernière étape avant le dépôt de la candidature qui est prévu pour le 24 avril 2018.

La consultation a également pour but de dresser un portrait des grands intérêts qu’on peut retrouver dans l’ensemble du pays souligne M. Poirier. «On met l’emphase sur les résultats. Ce seront les meilleures idées qui permettront aux collectivités de remporter les prix. »

«Une ville en interconnexion avec son milieu peut, par exemple, installer un système de lumière de rue qui baisse automatiquement son intensité lorsqu’il y a moins de circulation la nuit ou créer une application sur téléphones intelligents afin de recevoir les plaintes des résidents, mais également d’envoyer un message de retour, ce qu’on n’a pas en ce moment», souligne-t-elle.

L’administration Néron souhaite avoir «un contact efficace avec ses citoyens pour économiser du temps et de l’argent». La mairesse a évalué le taux de participation lors de la première journée de mise en ligne du sondage à environ 350 répondants, et elle souhaite atteindre le 3000 pour avoir une idée globale de ce que les gens désirent améliorer ou apporter de nouveaux à la ville.

À propos de William Larouche

Originaire de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, William Larouche rêve depuis ses 8 ans de déménager en ville. Montréal, Toronto ou New York, tant qu’il y a un métro et des magasins, il sait qu’il s’épanouira. Son accent régional très prononcé est toutefois inévitable. Ses passe-temps préférés ? Fêter et s’entraîner. Des activités bien différentes, mais qui l’aident à libérer son énergie. William demeure tout de même très sérieux à l’école ainsi que pendant ses heures de travail, sans changer pour autant. Fidèle à lui-même, il ne sort jamais de chez lui sans parfum. Un homme d’ambition, il espère avoir une brillante carrière dans le milieu des communications. Il est très attiré par les domaines de l’économie, de la politique et de la mode, mais ne veut pas se restreindre uniquement à ceux-ci.

À voir aussi

World Press Photo à la Pulperie | Des clichés poignants et choquants

Une cinquantaine de personnes ont découvert avec stupeur les photos de l’exposition internationale du World …