mercredi , 26 septembre 2018
Accueil / Actualités / Des CHSLD difficilement accessibles

Des CHSLD difficilement accessibles

Des aînés sont orientés vers des milieux loin de leurs proches ou bien dans des établissements qui ne conviennent pas à leurs besoins puisque les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) manquent de places, mais surtout de personnel compétent pour leur venir en aide.

Le vieillissement de la population au Saguenay Lac-Saint-Jean est à la hausse ces dernières années. Selon le bilan démographique de l’Institut de la statistique du Québec, il y avait un plus grand nombre de personnes âgées de 65 ans et plus que de jeunes de moins de 20 ans en 2017. Les CHSLD doivent donc s’adapter à se phénomène social afin d’offrir plus d’espace pour les personnes âgées.

La mère de Nathalie Boismenu, Louise Alix, a été déplacée à près de deux heures de sa famille parce qu’il n’y avait plus de place dans les centres d’hébergement près de chez elle. Sa fille en souffre énormément. « J’ai dû prendre congé au travail pour prendre soin de ma mère et c’est ma famille et mon copain qui en vivent les conséquences. »

Elle alterne avec ses frères et sœurs pour lui rendre visite et pour l’aider au quotidien. « Je me demande ce qui lui arriverait si on ne l’aidait pas. D’après moi, elle serait déjà partie. »

Des investissements de près de 1,5M$ du gouvernement ont été faits en mars 2017 dans les CHSLD de la région pour l’ajout d’effectifs afin d’améliorer les soins et les services offerts. Cela représentait environ 32 personnes de plus pour occuper les postes de préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD.

Selon une employée d’un centre d’hébergement, ce n’est pas le manque de place qui occasionne le plus gros des problèmes aujourd’hui, mais plutôt le manque de personnel apte à répondre aux besoins spécifiques des aînés. « Les personnes âgées ont souvent des problèmes mentaux que je ne sais pas comment gérer. Je ne suis pas formée pour ça et on les néglige beaucoup.»

Un CHSLD assure un suivi médical sur place, la gestion des médicaments ainsi que les soins d’hygiène de la personne en perte d’autonomie sévère. Bien des gens redirigent leur proche à cet endroit lorsqu’ils ne peuvent plus assurer leur maintien à domicile, leur garantir une surveillance constante ou bien leur offrir des soins spécialisés.

Louise Alix, cette dame déplacée à des kilomètres de chez elle, est atteinte d’Alzheimer et de Parkinson et ses cinq déménagements en centre d’hébergement ne lui sont pas favorables. « On me disait que des gens avaient plus besoin de la place que moi, qu’ils étaient plus près de la fin de leur vie que moi je l’étais.  Ça ne donne pas le goût de bien aller. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de Mari-Lou Bonenfant

La touche-à-tout de 19 ans se réjouit de pouvoir étudier dans un domaine qui la passionne depuis toujours : les communications. Véritable adepte de l’information, Mari-Lou ne fait pas les choses à moitié pour atteindre ses rêves les plus fous. Elle quitte Repentigny, sa ville natale, à 17 ans afin de venir étudier au Cégep de Jonquière en ATM. Comme bien d’autres, elle rêve de briller au petit écran un jour que ce soit en tant que présentatrice météo ou bien en tant que chroniqueuse culturelle. Pour atteindre ses plus grands objectifs, elle accepte donc tous les petits engagements qui s’offrent à elle sans chercher à brûler d’étapes. Animatrice de gala, chroniqueuse à la radio ou encore même journaliste pour une plateforme culturelle dédié à l’entrevue avec des personnalités du milieu artistique, Mari-Lou ne peut s’empêcher d’accepter de participer à des projets. Elle ne s’arrête jamais, c’est plus fort qu’elle. Voyageuse à ses heures et charmée par le monde de la mode, elle prend le temps de garnir soigneusement son coffre à outils avant de se lancer dans la cour des grands. Tôt ou tard, elle est convaincue que la vie lui donnera la chance de faire un métier qu’elle chérira.

À voir aussi

Quatre épiceries communautaires offrent des produits en VRRAC

Quatre épiceries communautaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean prennent le virage des produits en vrac. Le coup d’envoi …