dimanche , 21 octobre 2018
Accueil / Opinions / Enlevons nos lunettes roses

Enlevons nos lunettes roses

À l’approche des élections générales, plusieurs profils Facebook ont viré au vert, une façon originale d’annoncer ses couleurs. L’objectif: signifier que pour eux l’environnement transcende les partis politiques, qu’il soit rouge, bleu ou orange.

Pour ces gens qui n’ont pas une peur bleue de la Terre que nous laisserons à nos enfants, il y a vraiment de quoi broyer du noir. Lorsque vient le temps d’écouter leurs arguments, ils virent vert de rage et ont le syndrome de la page blanche. Alors, regardons-les dans le blanc des yeux et disons-leur que les billets verts ne valent pas notre futur.

La planète se retrouvera dans le rouge, si l’on ne donne pas le feu vert à des mesures plus environnementales. Des stationnements à la place d’une forêt, ça n’a pas sa place; sous-évaluer l’apport des transports en commun ne devrait pas être commun; croire que le futur c’est l’or noir, c’est vivre dans le passé.

Apprendre que des jeunes de Montréal ont peine à se souvenir de leur dernier «Noël blanc» fait rire jaune. L’environnement ne devrait jamais être une zone grise, alors enlevons nos lunettes roses et pensons vert.

À propos de Alex Tremblay

C’est dans le centre-ville de la Vieille-Capitale, qu’un jeune homme, dénommé Alex Tremblay vu le jour. Grandissant à Loretteville, une banlieue de Québec, les visites à la bibliothèques et les scouts viendront remplir ses soirs de la semaine. Cependant, ce n’est qu’à l’âge de 10 ans qu’il découvre ce qui deviendront deux de ses plus grandes passions. L’improvisation et le hockey viennent rapidement prendre une place d’importance dans sa vie. S’il se trouve un réel talent pour le premier, on ne peut pas en dire autant pour le second. Par contre, il possède une excellente connaissance sur ledit sujet. C’est au secondaire, qu’il se déniche une autre passion. Il rencontre The Grand Budapest Hotel qui viendra bercer son imaginaire. Depuis, il rêve de pouvoir réunir tout ce qu’il aime dans un projet à saveur humoristique.

À voir aussi

Le cellulaire, héritier du briquet

Déjà qu’écouter un spectacle dans une foule compacte n’est pas toujours chose facile (surtout pour …