dimanche , 21 octobre 2018
Accueil / Sports & loisirs / Le hockey civil perd des plumes

Le hockey civil perd des plumes

L’arrivée d’une équipe cadette cette année à l’École polyvalente Arvida a fait perdre au moins une équipe complète de bantam au hockey mineur civil de Jonquière, selon l’entraineur-chef de l’équipe baieriveraine-jonquiéroise nouvellement fusionnée, Frédérick Morin.

L’équipe cadette du Bleu et Or de l’École polyvalente Arvida est composée de plusieurs joueurs qui auraient
joué double lettre cette saison.

L’entraîneur ajoute qu’avec l’arrivée de nouvelles équipes scolaires dans la région, le bassin de joueurs devient trop petit pour avoir autant d’équipes de cette catégorie (deux équipes bantam BB et deux équipes cadettes).

Un seul Jonquiérois qui jouait bantam BB parmi les sept de l’an dernier est de retour cette année. Il a donc perdu six joueurs qui auraient, sans doute, percé son alignement. L’équipe de La Baie a donc dû fusionner cette année avec l’équipe de Jonquière pour que les équipes puissent être de calibre. «À ce niveau, les jeunes qui vont vouloir jouer dans le double lettre au compétitif vont tous aller au scolaire. Le hockey mineur va seulement être du simple lettre, » ajoute-t-il.

L’entraîneur-chef de la nouvelle équipe cadette de l’École polyvalente Arvida, Kevin Carbonneau, affirme qu’effectivement, une bonne partie de ses joueurs proviennent du civil. «Beaucoup de gens de Jonquière n’ont pas voulu aller dans le division 1 de Chicoutimi, afin de ne pas changer d’école, entre autres. […] D’après moi, tous mes attaquants, facilement un gardien et au moins trois de mes défenseurs auraient joué BB.»

Lorsque questionné à propos du calibre de jeu que cette perte de joueurs peut amener au civil, il a signalé que «c’est sûr qu’il y aura un petit impact au niveau du bantam BB. […] Est-ce que ça va l’affaiblir beaucoup? Je ne crois pas. D’après moi, dans les tournois, ils vont être très compétitifs au niveau provincial ».

À propos de Jasmin Blanchette

Épuisé de se disputer au Collège de Lévis avec ses enseignants et amis à propos de la politique, le jeune Jasmin Blanchette vient chercher un asile de paix à Jonquière avec l'objectif d'en repartir journaliste. il ne s'est jamais gêné pour exprimer sa façon de penser à qui veut l'entendre (et même à ceux qui ne le veulent pas). Natif du joyeux village de Saint-Charles-de-Bellechasse, il possède un certain bagage professionnel à son actif, lui qui a travaillé comme journaliste et animateur à la station régionale Passion Fm lors des deux dernières périodes estivales. Passionné de sports et de politique, le jeune Blanchette caresse toujours le rêve de revoir ses Amours jouer un match de baseball sur l'île de Montréal, eux qui lui ont fait vivre sa première peine d'amour lors de leur départ en 2004. Si jamais vous le cherchez, vous pouvez être certains de l'entendre être arrogant envers ses adversaires sur un court de basketball ou sur un terrain de balle en été, ou bien encore sur la patinoire de son quartier en hiver.

À voir aussi

École secondaire Charles-Gravel | Le handball se joint à la partie

Officiellement intégré à la vie étudiante de l’École secondaire Charles-Gravel cette année, le handball a …